Ma liste d'envies

Douleur au vagin et au coccyx : est-ce une névralgie pudendale ?

La névralgie pudendale (ou syndrome du canal d'Alcock) est une pathologie qui provoque des douleurs très vives et handicapantes dans la zone génitale et le bas-ventre. Elle touche principalement les femmes et personnes à vagin et a de nombreuses conséquences négatives sur la vie quotidienne et la vie sexuelle en particulier.

Qu'est-ce que la névralgie pudendale ?

Une maladie douloureuse et invalidante

La névralgie pudendale est provoquée par une lésion ou une inflammation du nerf pudendal qui se trouve au niveau du périnée. On estime qu'environ 0,6 % de la population est touchée par ce trouble, hommes et femmes confondus. Parmi les personnes souffrant de ce problème, 3 % sont en phase douloureuse aiguë. Cette maladie cause des douleurs intenses et souvent handicapantes qui se manifestent particulièrement en position assise. Son retentissement sur le quotidien est très important et impacte fortement la qualité de vie sur le plan social, professionnel et bien sûr sexuel.

Un trouble rare et difficile à diagnostiquer

La névralgie pudendale est hélas peu connue des professionnel·le·s de santé. Son enseignement dans les facultés de médecine est d'ailleurs relativement récent. Cela complique évidemment son diagnostic et engendre parfois des actes médicaux, voire chirurgicaux, inutiles qui ne font que renforcer le stress et l'inconfort de la personne qui en souffre.

Les symptômes des crises névralgiques

Les crises de névralgie pudendale peuvent durer plusieurs années. Elles affectent principalement les femmes et les personnes à vagin, mais les hommes peuvent aussi en souffrir. Les douleurs se manifestent tout particulièrement au niveau de l'anus, du coccyx, du sacrum, du bas du dos, du pubis ainsi que des organes génitaux (pénis, vagin, clitoris). Elles se perçoivent de façon intense sous forme de brûlures en position assise et sont soulagées par la position allongée.

Les sensations douloureuses peuvent être accompagnées d'une impression d'avoir un corps étranger dans le rectum ou le vagin et de fausses envies d'uriner ou de déféquer. Chez certaines personnes, il peut également y avoir des éjaculations ou des orgasmes spontanés et non désirés et donc insupportables.

nerf pudendale et coccyx

Les causes de cette affection

L'atteinte du nerf pudendal peut être le résultat d'une lésion directe lors d'une chute grave sur les fesses, au cours d'un sport assis (vélo, équitation), durant un accouchement ou encore à la suite d'une intervention gynécologique (épisiotomie) ou urologique. Mais, dans la plupart des cas, l'inflammation du nerf est provoquée par la répétition des contractions musculaires au niveau du périnée. Le stress étant souvent le grand responsable de ces dernières. C'est pourquoi ce sont les personnes de 50 à 70 ans qui sont les plus concernées par cette affection.

La névralgie pudendale affecte les femmes et peut se répercuter sur le confort intime

Le nerf pudendal est chargé de l'innervation de la zone pelvienne. Celle-ci étant particulièrement sollicitée chez la population féminine, notamment au moment de l'accouchement, cela explique pourquoi les femmes et personnes à vagin souffrent plus souvent de névralgie pudendale. Lorsqu'elle apparaît dans la période du post-partum (après un accouchement donc), elle peut laisser de graves séquelles psychiques, cette phase de la vie rimant avec une plus grande vulnérabilité psychologique.

Chez les femmes et personnes à vagin, elle se caractérise par des douleurs très intenses au niveau du clitoris, du vagin et de l'anus. Elle peut également être à l'origine d'orgasmes non désirés, d'une incontinence fécale, de dyspareunies et de sensations de brûlure qui rendent tout rapport intime par pénétration pratiquement impossible. De plus, le stress causé par cette maladie peut gravement affecter la libido.

Quelles solutions existent pour traiter cette maladie ?

Des médicaments antidouleurs pour la plupart peu efficaces

La plupart des antidouleurs classiques ne sont pas efficaces sur les symptômes provoqués par l'inflammation du nerf pudendal. Seuls certains antiépileptiques peuvent aider à atténuer celles-ci. Dans la mesure où ce trouble est le plus souvent occasionné par la contraction des muscles qui entourent le nerf, l'utilisation de médicaments agissant sur ce point particulier est une bonne solution.

Les décontractants musculaires traditionnels ne sont pas indiqués, car leur action est trop restreinte dans le temps. Pour entraîner une bonne relaxation des muscles pelviens, la prescription d'un antidépresseur durant environ 6 mois peut être efficace. De plus, toutes les thérapies relaxantes peuvent donner un coup de pouce, comme l'hypnose, la sophrologie, etc.

La chirurgie dans les cas sévères

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Elle consiste à retirer les adhérences qui se sont formées autour du nerf irrité et le compriment, engendrant les sensations douloureuses. Il faudra ensuite entre 1 et 2 ans pour que le nerf se régénère. Cette opération pourtant simple est hélas peu pratiquée du fait du manque de chirurgiens connaissant suffisamment la zone pelvienne pour obtenir la réussite attendue. De plus, il arrive que certaines personnes continuent de souffrir même après y avoir eu recours.

Les exercices pour soulager le nerf pudendal

Il existe des exercices pour soulager le nerf pudendal qui contribuent à atténuer les douleurs :

  • Des techniques de manipulation et de mobilisation vertébrale pour aider à libérer le nerf
  • Des exercices qui permettent de favoriser le glissement du nerf dans sa gaine
  • Des exercices qui stimulent particulièrement les muscles du bas-ventre, du périnée et du haut des cuisses
  • Des méthodes agissant sur les muscles du périnée
  • Des exercices de kinésiologie faisant appel à la respiration, à la relaxation et à l'adoption de bonnes postures
  • Pour réaliser ce type d'exercices soulageant le nerf pudendal, il est préférable de faire appel aux services d'un·e kinésithérapeute, d'un·e kinésiologue ou encore d'un·e ostéopathe.

Souffrir de douleurs n'est jamais normal !

Bien qu'il soit parfois difficile d'évoquer ce type de sujet, il est primordial de parler des douleurs qui touchent le périnée tant elles peuvent avoir un impact négatif sur la vie quotidienne. En l'absence de réponse satisfaisante, il ne faut pas hésiter à prendre plusieurs avis médicaux ou à rejoindre des groupes de soutien afin de pouvoir échanger. Seule la libération de la parole pourra faire connaître cette affection et faciliter son diagnostic comme son traitement.

Félicitations ! Vous faites partie du club IntyEssentials.